Si la Lune éclaire nos pas de Nadia Hashimi

Publié le 1 Novembre 2016

 
Si la Lune éclaire nos pasLe résumé
Je voulais que mes enfants aient une vie d’enfants. Je voulais qu’ils rient, qu’ils jouent… qu’ils apprennent. Je voulais qu’ils fassent les choses que j’aurais dû faire quand j’étais petite. Jusqu’où devons-nous fuir ?

Kaboul est entre les mains des talibans. Depuis que son mari, considéré comme un ennemi du régime, a été assassiné, Fereiba est livrée à elle-même. Si cette enseignante ne veut pas connaître le même sort que son mari, elle n’a d’autre choix que de fuir. Après avoir vendu le peu qu’elle possède, elle entreprend un voyage périlleux avec ses trois enfants, dans l’espoir de trouver refuge chez sa sœur, à Londres. Comme des milliers d’autres, elle traverse l’Iran, la Turquie, la Grèce, l’Italie et la France. Sans autres ressources que son courage et sa détermination sans faille, elle espère pouvoir compter sur le soutien de ceux qu’elle rencontrera en chemin. Hélas, les routes de l’exil sont semées d’embûches : que devra-t-elle sacrifier pour de meilleurs lendemains ?
 

Mon avis
J'avais déjà beaucoup aimé le précédent roman de Nadia Hashimi, intitulé "La perle et la coquille". Il me tardait de pouvoir lire celui-ci et je n'ai pas été déçue. J'ai donc guetté avec impatience sa sortie le 21 octobre dernier.

500 pages d'exode de l'Afghanistan vers l'Angleterre. Une mère et ses enfants traversant des pays étrangers, terres hostiles aux réfugiés pour eux qui ont fui un pays en guerre où l'insécurité régnait. Ils ont fui le régime des Talibans. A travers cette histoire, point d'insouciance pour les enfants qui grandissent dans les difficultés, la faim... mais avec toujours l'amour de leur mère. Le lien familial est prégnant et magnifique.
500 pages que l'on tourne toujours plus vite et avec l'envie simplement que le livre ne se termine jamais. J'ai juste été peu un peu déçue par le passage au travers de la "jungle" de Calais et ses camps de réfugiés, peut-être parce que le reste du livre fait voyager au milieu de contrées et de cultures ailleurs et que là, à Calais, j'ai eu l'impression de revenir plus dans l'actualité. 

Alors ce chemin d'exilés vers une vie meilleure est difficile oui, mais le récit de Nadia Hashimi est toujours empreint de pudeur et de beaucoup de réalisme malgré tout. L'écriture est simple, fluide, et l'émotion est là, toute proche à chaque page.
Un vrai coup de coeur pour moi ! Lisez-le sans hésiter.

Rédigé par Christelle

Publié dans #Accueil, #Romans, #Déjà lu

Repost 0
Commenter cet article

Marie-Claude 09/11/2016 00:05

Me voilà très tentée. Le sujet m'intéresse et son exploration semble bien ficelée. Je le note sans hésiter. Merci pour la découverte!